Livraison offerte à partir de 49€ d'achat
5 septembre 2019 - Amanda Huguet

Allergie alimentaire du bébé : mode d’emploi (2/2)

Après la 1ère partie de notre article sur les allergies alimentaires, passons aux conseils pour limiter les risques d’allergie et la conduite à tenir en cas d’allergie avérée.

Comment prévenir les allergies ?

A l’heure actuelle, il n’est pas possible de déterminer à l’avance si un enfant sera allergique ou non. Les raisons évoquées pour leur développement sont multifactorielles :

  • Des prédispositions génétiques: les allergies alimentaires pouvant être familiales, il est intéressant de connaître son terrain atopique. Y’a-t-il des allergies dans la famille (parents, fratrie…) ? Si oui, ses risques de développer une allergie sont plus élevés (20%, voire 43% de risques supplémentaires si les 2 parents sont allergiques [6]). Il peut donc être utile de consulter un allergologue avant de commencer la diversification, afin de mettre en place un suivi et une stratégie adaptée
  • Une exposition trop précoce ou trop tardive: l’introduction d’un allergène trop tôt (lorsque le système immunitaire n’est pas encore prêt) ou trop tard (en dehors de la fenêtre de tolérance) accroîtrait le risque de développer une allergie. A l’inverse, proposer de petites quantités d’un allergène, de façon répétée, et ce dans la fenêtre de tolérance (4 à 11 mois environ) diminuerait les risques. Par ailleurs, introduire les allergènes tout en allaitant aurait également une fonction protectrice. [6]

Afin de limiter les risques de développer une allergie, il est important de suivre les grands principes de la diversification alimentaire.

Que faire si bébé est allergique ?

En cas d’allergie, la consultation d’un médecin, allergologue idéalement, est essentielle. Lui seul pourra poser un diagnostic sûr.

En cas d’allergie avérée, la conduite à adopter est le régime d’éviction strict de l’aliment incriminé.

Cela se traduit par :

  • La vérification systématique des étiquettes (aliments, médicaments, cosmétiques…)
  • L’achat d’aliments bruts, à cuisiner soi-même pour maîtriser les ingrédients
  • Une attention tout particulière aux contaminations croisées (voir encadré ci-dessous)

Pour vous faciliter la vie, certaines applications comme Allergobox peuvent vous aider à choisir les produits en fonction des allergies de vos enfants.

Contaminations croisées : kézaco ?

Les contaminations croisées sont des traces accidentelles d’allergènes, retrouvées dans un produit qui ne devrait pas en contenir. Elles sont principalement dûes à des manipulations d’allergènes à proximité ou avec le même matériel.

Sur les produits achetés tout prêts (aliments industriels par exemple), les contaminations croisées potentielles sont signalées par des mentions telles que « peut contenir des traces de » ou « fabriqué dans un atelier qui utilise ». Ces risques sont souvent maîtrisés mais si le seuil de sensibilité aux traces de votre enfant est faible, il faut éviter absolument ces produits

Comme pour le lait de vache, certaines allergies régressent en grandissant. C’est par exemple le cas de l’œuf dans 60% des cas. [4]

Plus récemment, des thérapies de désensibilisation aux allergènes ont été mises au point. Celles-ci sont récentes et ne fonctionnent pas sur tout le monde. Seul un médecin allergologue pourra vous aiguiller.

Comment lutter contre la déshydratation de bébé

Il fait chaud : vous le ressentez et bébé aussi. Et pour cause, son corps est composé d’eau à 75% ! Il est donc indispensable de compenser toute perte d’eau pour éviter la déshydratation. Yooji vous donne les bons réflexes pour passer l’été sereinement avec bébé.
27 juin 2019
Paiement sécurisé
Livraison sans rupture
de la chaîne du froid
Toutes nos références
disponibles
Service client de 9h à 17h du lundi au vendredi